Les petites choses de la vie – La nuit

 

Suite au fragment d’histoire que je viens de publier, je voulais vous parler rapidement de la nuit. Ce fragment s’appelle “Nuit Blanche” et adresse à cet autre un message de détresse, de désespoir et d’un dernier sentiment que je vous laisse découvrir si vous ne l’avez pas encore lu ! J’espère qu’il vous aura plus et j’en profite pour rebondir sur le sujet et vous parler de la nuit.

 

C’est un moment que j’apprécie beaucoup, surtout l’été. Il fait toujours plus frais la nuit, sauf en période de canicule, quand le soleil a disparu en dessous de l’horizon. L’hiver il en va de même et j’adore me blottir sous ma couette, entre mes coussins, quand la brise fraîche vient surplomber mon lit. Quand c’est possible, je vis la fenêtre ouverte. J’aime sentir que la ville s’endort quand je suis encore productive. D’ailleurs la nuit m’offre comme une toile blanche, dédiée à la libre expression de mon imagination. J’ai souvent plus d’inspiration quand le soleil s’est couché que lorsqu’il se lève. Il est plus facile pour moi de créer à ce moment là. Cependant, comme le mentionne l’héroïne de mon fragment d’histoire, vivre la nuit est compliqué puisque ce n’est pas le cas de toute la société.

 

J’aime aussi beaucoup me balader la nuit. On voit les choses différemment, éclairées sous un nouvelles angles. Les bâtiments sont transformées et leurs silhouettes sont parfois méconnaissable. De nuit, on reconnaît moins bien les rues parce que seuls les lampadaires percent l’obscurité. Quelques enseignes brillent aussi et les rues semblent irréelles dans le halo des néons. Dans la nuit, les échos et les bruits sont différents. Des animaux s’éveillent tandis que d’autres se sont endormis avec le coucher du soleil. Les oiseaux ne piaillent plus et des chauve-souris apparaissent. Pour qui ne craint pas les bêtes, ces bruits sont assez apaisants. Ils se fondent dans l’ambiance de la nuit et en trouent le silence.

 

Chez soi, assis à son bureau, la fenêtre ouverte, l’inspiration vient rapidement. Quand on ne sait pas comment finir sa phrase, le regard se perd dans la nuit. On en retire un certain apaisement, puisque les sources d’excitation sont bien moins nombreuses. Les lumières ont disparues, les quartiers sont devenus calme et il est plus facile de s’évader. J’ai donc toujours aimé écrire de nuit, même si je ne peux pas toujours le faire. En période d’inspiration folle, je n’ai pas besoin de me cantonner à cette période, puisque même au réveil je suis capable d’écrire. Mais quand je suis un peu en panne ou quand j’ai du mal à écrire la journée, tout revient lorsque le soleil s’est couché.

 

Pour conclure, la nuit a toujours été pour moi source d’histoires folles, que je les vive ou que je les écrive. Dites-moi en commentaires si vous avez un moment favoris dans la journée pour écrire et/ou sortir, cela m’intéresse !

Publicités

2 commentaires sur “Les petites choses de la vie – La nuit

  1. La nuit c’est un moment unique pour écrire je trouve. Comme le petit matin d’ailleurs pour moi.
    Dans l’immensité bleue du ciel, il y a toujours quelque chose qui se dessine, une idée qui vient me cueillir. Et alors je pourrais passer la nuit à ne faire que ça…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s