Les projets personnels

Quand on écrit, il n’est pas rare de vouloir créer soi-même un univers et y faire évoluer ses propres personnages. C’est par là que j’ai commencé, il y a une quinzaine d’années maintenant. Je ne connaissais pas encore le rôle play et j’avais encore moins envisagé d’ouvrir un blog mais j’avais cette envie d’écrire. J’ai donc pris un crayon et du papier et je me suis mise à raconter des histoires. Mes lectures m’inspiraient beaucoup et j’avais très envie d’évoluer dans des univers aussi fantastiques. Aujourd’hui, je continue à écrire pour moi, à créer des univers, des personnages et des histoires. C’est un exercice différent de tous ceux que j’ai pu vous présenter jusque là. Si c’est le dernier dont je vous parle, c’est pourtant le premier auquel je me suis pliée.

 

Ecrire des histoires est enivrant, passionnant mais aussi très difficile. Quand on écrit ce genre de choses, il faut le faire pour soi-même. J’entends par là qu’écrire pour publier n’est pas aussi satisfaisant et aboutit généralement à des écrits trop superficiels et peu personnels. On copie ce qu’un autre a fait, on essaie de produire sans vraiment créer. Le processus de création est long et fastidieux. Mais il vaut la peine. On crée pour s’évader, on crée pour son plaisir personnel et c’est ce plaisir qui vous mènera, tôt ou tard, à faire de votre création quelque chose de plus grand.

 

Je n’écris pas pour publier, même si l’idée est intéressante. Premièrement, je n’ai rien à publier et secondement, l’inspiration ne suit pas vraiment les tendances littéraires. Elle m’emmène sur des chemins que je ne connais pas, elle me perd parfois dans un univers qui me paraît bien trop grand et surtout elle me présente des personnages extraordinaires que je me dois de guider au mieux. Voilà ce qu’est l’écriture de mes projets pour moi. Contrairement au blog, je ne cherche pas à partager et, au rôle play, je ne cherche pas à échanger. Je veux simplement vivre des choses, me laisser aller en suivant mon fil rouge et en brodant autant que faire se peut tout autour.

 

Parce que oui, quand j’écris un “gros” projet, soit plus que quelques pages, je dois écrire mon fil rouge à l’avance. Si je ne le fais pas, j’ai tendance à m’éparpiller et à ne plus savoir où je me rends. Quelle histoire veux-je raconter ? Toujours celle de mes personnages, toujours dans l’univers que j’ai créé et c’est ça le plus important. Je ne me décide pas sur ce fil rouge avant d’avoir implanté tout mon univers. Je crée ensuite mes personnages, de manière plus ou moins poussée et je rédige enfin mon fil rouge. Comment pourraient-ils évoluer et pourquoi ? Ce sont mes personnages qui sont centraux dans cette histoire, jamais les voisins, jamais le peuple entier. Et si mes personnages sont centraux, ils le sont dans un univers bien précis.

 

Je commence par la création de cet univers parce que sans lui, rien n’a d’importance, tout se meut dans le vide et cela ne fait aucun sens. Le début d’un nouveau projet arrive quand une idée d’univers nouveau me traverse. Et s’il existait un monde où… ? C’est cette question qui déclenche tout. Elle produit les autres et fait naître ce fameux monde. Il me trotte sans cesse dans la tête et quand je suis bloquée sur quelque chose, au court du développement de mes personnages, de la rédaction du fil rouge ou de celle du premier jet, j’en reviens à lui. La base de tout est l’univers. Même si on écrit dans le présent il faut poser les bases. Quelle année, quels sont les événements importants, quel pays, quelle échelle ? L’univers est la clef de l’histoire. C’est ce que m’a appris le rôle play d’ailleurs. Un univers fourni permet de travailler correctement ses personnages et de développer une trame intéressante. Le rôle play m’a d’ailleurs beaucoup appris sur la rédaction de mes projets personnels, que ce soit à propos de l’univers, du style ou de la construction des personnages. J’ai fini par arrêter pour donner à ces projets plus d’attention, ce que je n’arrivais pas à faire quand je faisais encore du rôle play.

 

Cet été est en partie dédié à eux et j’espère pouvoir leur accorder assez de temps pour qu’ils avancent considérablement. Si vous voulez en savoir plus à leur sujet, posez-moi vos questions en commentaires, j’y répondrai avec plaisir ! Je sais déjà que certains n’utilisent pas de fil rouge et préfèrent laisser libre court à leur imagination, grâce à Bliss & Kiss, et s’il y a d’autres chose que vous faites différemment, n’hésitez pas à partager tout cela, je suis curieuse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s