Élévation de Stephen King

Il s’agit du dernier livre que j’ai lu et comme tous les Stephen King que j’ai pu lire avant cela, je n’ai pas été déçue. Il est assez court donc j’ai pu le terminer en quelques heures. Il se lit extrêmement bien et on a envie de savoir ce qu’il va se passer.

Le suspens instauré par l’auteur est remarquable. On s’attache très facilement aux personnages, puisqu’on ne les connait finalement que très succinctement. En moins de 200 pages, comment pouvons-nous découvrir la vie de six personnages ? Nullement besoin, car ici on s’attache à eux pour leur personnalité, leur évolution rapide qui ne semble pas si rapide ainsi que pour leurs qualités et leurs défauts. On se surprend à être triste à la fin, à ne pas vouloir tous les quitter. On aimerait en savoir plus en les côtoyant plus longtemps.

Cette histoire c’est celle de Scott Carey, qui assiste  à un étrange phénomène. Il perd constamment du poids, sans perdre de masse, et tout ce qu’il touche perd son poids pour les autres mais le garde pour lui. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ? C’est ce qui nous guide à travers cette histoire. On suit son évolution et on se surprend à être aussi gai que lui. S’il est parfois maladroit, il est toujours plein de bonnes intentions. Il ne s’énerve pas et se surprend à ne pas être méchant lorsqu’on est mauvais avec lui. Il ne perd donc pas seulement du poids mais est envahi d’une joie inexplicable. Il est tout simplement heureux.

Ce livre c’est aussi une incitation à profiter de chaque instant de sa vie. On ne sait que très rarement combien de temps il nous reste à vivre et nous vivons comme si nous étions immortels. C’est tout à fait normal mais rappelons-nous parfois que ce n’est pas le cas. Cet instant, c’est peut-être un des derniers que nous sommes entrain de vivre. Si nous ne répondions pas méchamment à cette personne qui nous agresse ? Si nous prenions le parti d’être heureux, quoi qu’il arrive ? S’il est normal d’être triste, ne le restons pas trop longtemps. Parce que dans quelques jours ou quelques mois, peut-être que nous ne pèserons plus rien.

Enfin, Stephen King nous fait vivre la fin d’une vie que nous avons à peine connue. Juste assez pour être touché lorsque nous devons nous séparer des personnages, à la fin du livre. Cette fin n’a aucune explication scientifique, ce n’est pas rationnelle. Ce personnage ne cherche pas d’explication et vit chaque moment pleinement. Parce qu’il sait qu’un jour, il n’en vivra plus aucun.

Cet article est très court mais il est à l’image du livre ! J’espère qu’il vous aura donné envie de le lire, sachant que sa lecture est très agréable, et que vous pourrez me donner vos interprétations propre de cette histoire. Je ne suis pas allée autant dans les détails qu’avec mon article sur Gwendy et la boîte à boutons parce qu’il n’y a tout simplement pas autant de détails ici. Si la taille du livre m’y a fortement fait penser, si l’univers est le même et que nous avons dans Élévation une référence aux Marches des suicidés, cette histoire est plus légère. Pour s’élever, c’est nécessaire.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s