Gérer sa santé – Quatrième partie

Je reviens quelques mois après avec le quatrième article de cette série ! Il y a en effet du nouveau, ou disons plutôt qu’entre temps, j’ai eu le temps de me poser d’autres questions et de voir des professionnels de santé.

Je vais commencer par mes dents je pense, pour rester un peu dans l’ambiance des précédents articles. Je vous ai laissé avec une gingivite, un dernier rendez-vous chez le dentiste qui n’avait pas donné grand-chose et mon opération des dents de sagesse qui s’était plutôt bien déroulée. Si vous voulez les détails croustillants de la suite de l’anesthésie notamment c’est par ici. Donc depuis la dernière fois, j’ai réussi à enfin me débarrasser de ma gingivite. Un brossage de dent régulier, des bains de bouche et un dentifrice adapté pendant quelques temps et j’ai réglé le problème ! Ce qui m’a vraiment aidé a été de me brosser très régulièrement les dents. L’hygiène buccale est très importante, nous sommes tous d’accord là-dessus et si vous ne la prenez pas assez au sérieux, cela peut être dangereux. Je me brossais déjà régulièrement les dents mais visiblement pas assez donc si jamais vous avez une gingivite, reprenez un bon rythme, sans écart, sans dérogation. Une gingivite peut provoquer un recul des gencives à long terme et donc un déchaussement des dents. Une fois que votre gencive a reculé, elle ne peut plus revenir. Donc faites vraiment attention, c’est important. Sauf si vous avez envie d’avoir un dentier rapidement et de ressentir des douleurs que vous n’avez sans doute jamais ressenti de votre vie.

Ensuite ! J’ai pris rendez-vous avec un médecin généraliste. Dans les premières parties, je vous disais que je n’avais pas trouvé de médecin correct sur Lyon. Mon médecin traitant est resté en Normandie, il ne m’a pas suivie, et depuis mon déménagement je n’en ai pas changé. Sauf que j’en avais marre de prendre rendez-vous avec un médecin qui ne me comprend pas et qui est très mauvais donc j’ai tenté un nouveau médecin. Cette fois, j’ai regardé les avis et je n’ai pas hésité à faire un peu de trajet pour aller la voir. Je voulais une femme puisqu’il fallait qu’elle ausculte ma poitrine. Habituellement je suis assez à l’aise avec les médecins hommes mais cette fois, j’avais besoin d’une femme. Je voulais aussi qu’elle soit assez jeune, pour comprendre des problématiques actuelles, que les générations précédentes ne comprennent pas forcément. Le choix de son médecin est très personnel, donc ne vous laissez pas influencer par votre entourage. Ce n’est pas de la misogynie que de vouloir un homme. Ce n’est pas du racisme que de vouloir une femme noire. Et si on vous fait cette réflexion, ce n’est pas une raison pour changer vos critères. Vouloir avoir en face de soi une personne qui comprend nos problèmes de santé, souvent liés à nos habitudes de vie, est totalement normal.

J’ai été la voir parce que j’avais quelques douleurs dans ma poitrine. Elle me grattait, me gênait parfois et cela m’a assez inquiété pour que je prenne rendez-vous. Je tiens à dire que depuis, je n’ai plus aucune douleur, ce qui est assez étrange. Cette médecin a été formidable. Elle est très gentille, à l’écoute et m’a ausculté sans regard déplacé. Elle n’a pas expédié ma consultation et a pris le temps de réellement s’occuper de moi. Je le précise parce que j’ai eu à faire à des médecins peu à l’écoute et encore moins bienveillants. Je pense donc désormais retourner chez elle, pour la prochaine consultation dont j’aurai besoin. Cette consultation m’a aussi permis de me rendre compte que lorsqu’on a un doute, une douleur étrange ou qu’on ressent quelque chose d’inhabituel, c’est primordial de consulter. Si vous avez un souci, parce que c’est clairement ce qu’on craint tous, il vaut mieux le résoudre à temps que d’attendre qu’il soit trop tard. Peu importe que ce soit une plaque bizarre qui vous gratte sur le genoux, une douleur aiguë dans le bas-ventre ou une articulation qui grince, consultez. Au mieux vous serez rassuré, au pire vous serez pris en charge à temps. Ce qui m’amène à vous dire aussi qu’une douleur anormale, et je pense notamment aux règles, ne doit jamais être minimisée. Elle peut l’être par beaucoup de professionnels de santé mais insistez, changez de professionnel, faites des tests. Vous savez ce que vous ressentez et avoir trop mal ce n’est pas normal.

Aussi, je voulais vous parler de mon cheminement à propos des soins psychologiques. Vous le savez, je suis étudiante en psychologie et si tout se passe bien, dans deux ans j’obtiendrai le titre de psychologue. Je vous parlerai de tout ça dans un podcast qui arrive bientôt ! Mais jusqu’à maintenant, j’avais du mal à me dire qu’un psychologue pouvait vraiment me faire du bien. Étrange n’est-ce pas ? Aujourd’hui, je pense sérieusement à entamer une thérapie une fois que je serai fixée sur la ville dans laquelle je ferai mon master. Etre bien dans sa tête est aussi important que d’être bien dans son corps. Si je vais si régulièrement guérir mon corps, pourquoi ne pas faire de même avec mon psychisme ? Je trouvais important de vous en parler et je vous en parlerai encore plus en détails quand j’aurai entamé tout ça !

Enfin, j’ai commencé ma désensibilisation. Le traitement devait être remboursé par mon ancienne mutuelle, selon les dires de mon allergologue, et il s’est avéré que non. La boîte coûtant dans les soixante euros pour un mois je n’ai pas pu commencer avant de changer de mutuelle. Faites bien attention à tout cela d’ailleurs, renseignez-vous sur ce qui est pris en charge par la sécurité sociale et par votre mutuelle si vous en avez une, pour ne pas avoir de mauvaise surprise une fois arrivé à la pharmacie ! Ma désensibilisation n’en est qu’à son début et je passe par des journées pas bien drôles. La prise du traitement se passe globalement bien mais il y a eu quelques ratés. Le traitement en question est Acarizax, donc une désensibilisation aux acariens. C’est un comprimé à laissé fondre dans la bouche, selon mon allergologue sur la langue et selon la notice sous la langue. J’ai essayé les deux et sous la langue a été un enfer. Le frein et le dessous de ma langue ont gonflé et j’ai eu le bonheur de connaître les crampes d’estomac ou d’œsophage ? Chaque fois que j’avalais, rien que ma propre salive, j’avais une crampe. En somme, c’était gonflé, très désagréable, et ce pendant quelques heures. Donc sous la langue, terminé, j’ai compris la leçon ! En laissant fondre sur la langue, ça gratte forcément dans la bouche, sur le lèvres et au fond de la gorge mais ça passe très rapidement. Mais comme ce n’est que le début de mon traitement, je vous en parlerai bien mieux dans le prochain article de cette série.

J’espère que je vous aurai un peu aidé, que je vous aurez rassuré sur certaines choses ou au contraire poussé à prendre enfin rendez-vous !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s