Le café

Il n’y a pas un matin où il se lève sans prendre son café. C’est le rituel du début de journée, celui qui lui permet de l’entamer vraiment. Quand il avait emménagé dans son premier appartement, loin de celui de ses parents, il n’avait pas eu l’occasion de s’offrir une cafetière. Il avait alors commencé sa consommation avec du café soluble et les avait tous essayé pour en trouver un “passable”. Certains lui donnaient des haut le cœur à chaque gorgée. Mais il avait fini par récupérer une cafetière, une vrai, avec filtre et réservoir. Le bonheur ! Jusqu’à ce qu’un ombre revienne sur le tableau. S’il avait du mal à sortir de son lit, il avait encore plus de mal à lancer son café et à attendre qu’il soit prêt. Il était souvent en retard, partait en trombe de son appartement, un mug brûlant dans une main, ses clefs dans l’autre et son sac jeté sur son épaule.

C’est alors qu’il s’offrit une cafetière programmable. Et elle avait changé sa vie. Lorsque son réveil sonnait, la douce odeur de café chaud le tirait définitivement de sa torpeur. Il n’avait plus à avaler son café sur le chemin, à moitié froid en hiver et toujours trop chaud en été. Il pouvait se servir une tasse sans urgence, avant de se rendre dans la salle de bain et d’en revenir pour s’asseoir confortablement dans son fauteuil. Il aimait ce temps gagné, ce temps qu’il pouvait s’accorder au début d’une journée toujours chargée.

***

10h : première pause de la journée. Les autres s’agitent, certains se précipitent vers l’extérieur, cigarette à la main, tandis que d’autres font la queue devant la machine à café. Il se passe les mains sur le visage et soupir. Aucune envie d’attendre interminablement pour un gobelet fumant, dans lequel tombait aléatoirement du sucre même lorsqu’il n’en avait pas demandé. Si c’était un moment idéal pour discuter, il savait que la pause déjeuner le serait aussi. Avait-il le temps de se rendre au café ?

***

Ayant appris de ses erreurs, il avait finit par acquérir un thermos pour emporter son café, chaud, avec lui tout au long de sa journée. Si c’est une très bonne alternative aux machines à cafés, dépenses inutiles et gaspillage intensif, cela peut pousser à la surconsommation de café. Remplir son thermos peut pousser à le terminer avant la fin de la journée. Il essaie donc de ne jamais le remplir plus que de raison mais n’y arrive pas tous les jours.

***

Depuis qu’il a changé de voie, il ne consomme plus temps de café. Celui du matin, programmé, reste couplé avec son réveil, mais il a nettement diminué sa consommation en journée. Son thermos repose au fond de son armoire et il ne l’en sort que pour des occasions spéciales. Les tremblements qu’il savait dus au café ont disparu et il se sent plus serein les journées où il n’en consomme pas du tout. Il sait que la consommation excessive de café est mauvaise et ne peut que se réjouir d’avoir drastiquement diminué la sienne.

Publicités

2 commentaires sur “Le café

    1. Effectivement, une vraie drogue pour certain ! Ce qui rend l’arrêt ou la diminution assez compliqués puisqu’il s’agit d’une désintoxication. Pour la santé c’est sans doute mieux de boire du thé ou même carrément de l’eau ! Je suis une grosse buveuse d’eau par exemple et une buveuse occasionnelle de café, je pense que je tiens le bon ratio.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s