Vacances : entre culpabilité et repos

Les vacances scolaires sont, depuis que je suis dans le supérieur, source de stress. C’est assez paradoxal puisque les vacances sont faites pour se reposer, se ressourcer et reprendre les cours du bon pied. Mais pour moi, ce n’est jamais facile. Je suis de nature assez anxieuse et donc très active. Etre sans cesse en mouvement me permet d’apaiser mon stress. Il y a sans doute quelque chose à dire là-dessus mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Les vacances sont faites pour se reposer et j’ai beaucoup de mal à me poser sans culpabiliser. Ma définition de me poser n’est autre que traîner dans le lit le matin, prendre mon temps pour m’occuper de moi au lever et regarder des vidéos sur YouTube, des séries sur Netflix ou jouer le reste de la journée. Il y a quelques mois, me reposer pouvait être aussi écrire mais je n’ai plus vraiment le temps en ce moment. Le souci principal c’est ça, d’ailleurs : on n’a jamais le temps de rien. Pendant les vacances, je me dis que j’aurai tout le temps du monde puisque je suis censée me reposer. Mais à me dire cela à chaque fois, je finis par n’avoir plus de temps du tout et une quantité astronomique de choses à faire.

La culpabilité est un sentiment assez désagréable, tout le monde en conviendra. Ma raison me dicte de profiter, de me reposer, de prendre du temps pour moi, tandis que mon cœur me crie de me bouger, de remplir cette liste de tâches à faire, pour éliminer cette culpabilité. Pourquoi l’écouter lui plutôt que ma raison ? Simplement parce qu’il me pollue l’esprit. Je ne peux pas regarder une bonne série sans penser à ce que je devrais faire à la place. Reprendre mes cours consciencieusement, écrire un article pour mercredi prochain ou encore lire tous les livres nécessaire à mon cursus, il y en a pour tous les goûts !

Cependant, ces vacances-ci, j’ai décidé que la culpabilité ne me rongerait pas. Je ne céderai pas et je me reposerai comme j’en ai besoin. A l’heure ou je vous écris cet article, nous sommes dimanche et je suis en vacances depuis jeudi. Je me suis donc autorisé deux jours de repos complet, à ne penser à rien si ce n’est à moi. Ce qui m’a aidé à me détendre a été de garder le rythme. J’ai tendance, lorsque je n’ai pas d’impératif, à me coucher et à me lever très tard. Cela intensifie le sentiment de culpabilité puisque je me retrouve alors complètement décalée dans mes horaires. Garder un bon rythme, sans réveil cependant, me permet de profiter réellement du temps que je m’accorde.

Il est tout de même nécessaire pour moi de ne pas repousser sans cesse mes obligations. Deux jours sans rien faire sont donc suivis de journées de travail. Comme je vous le disais précédemment, je dois reprendre tous mes cours pour préparer les révisions de mes partiels. J’ai bien évidemment déjà commencé mais je dois finir tout ça avant la rentrée. C’est donc assez important pour moi et c’est aussi beaucoup de pression que je me mets. J’ai prévu de vous parler assez prochainement de mes études et de mon parcours légèrement atypique, ce qui est aussi quelque chose que je prépare depuis un moment.

Pour résumer, j’ai beaucoup de projets, beaucoup d’obligations et je ne cesse de m’activer au cours de l’année. Les vacances scolaires sont les seuls moments durant lesquels je peux vraiment souffler et je sais qu’il est important que je m’accorde ces moments. Je ne pense pas être la seule dans ce cas donc si vous avez aussi du mal à vous poser, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires. Et surtout, partagez vos astuces si vous en avez !

Dans ces nombreux projets, j’en ai quelques uns pour ce blog et j’espère sincèrement pouvoir vous en dévoiler un peu plus très rapidement. Des idées ou des envies à propos de ce que cela pourrait être ?

Publicités

2 commentaires sur “Vacances : entre culpabilité et repos

  1. Le repos est nécessaire. Mais je crois que ça s’apprend aussi.
    Pour moi ça passe par ce que j’aime faire. Je me pose dans ce que j’aime, c’est un peu compliqué parfois parce que oui il y a tant d’autres choses qui attendent. Mais à force de faire ces choses en premier, je finis épuisée!

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement !
      Je pense aussi qu’il s’agit d’un trait de personnalité, certains sont sans cesse dans le mouvement, dans la productivité et la création, tandis que d’autres arrivent à prendre les choses les unes après les autres. Mais comme tout s’apprend, je garde ce conseil sous la main, merci beaucoup !

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s