The edge of nowhere 1 – Saratoga Woods d’Elizabeth George

Tout d’abord, l’histoire !

Si c’est un livre que vous souhaitez lire, vous trouverez facilement le synopsis sur internet ou directement en quatrième de couverture dans une librairie. Ce premier tome d’une trilogie nous présente le personnage principal et met en place l’univers dans lequel une grande partie de l’intrigue, si ce n’est la totalité, évoluera.

On fait la rencontre de Becca King, anciennement Hannah Armonstrong, et de l’île de Whidbey. Cette jeune adolescente est contrainte de fuir son beau-père après avoir découvert qu’il était coupable de meurtre. Elle se terre sur l’île de Whidbey où elle se grime et change de nom pour ne pas être retrouvée par celui qui souhaite l’enterrer avec son secret. S’ajoute à cela le côté fantastique de l’histoire avec l’habilité de Becca à entendre les pensées de chacun. Il s’agit alors de savoir comment cette dernière réussira à s’intégrer et à se développer en tant que personne sur une île dont elle ne connaît rien, sans aucun proche pour la guider.

Le fort d’Elizabeth George est de construire de manière très détaillée chacun de ses personnages et elle ne déroge pas à cette règle dans cet ouvrage. Elle s’éloigne cependant du roman policier pour se lancer dans une sorte de thriller fantastique pour jeune adulte et c’est très agréable. Le style est frais, facile à lire et très léger, ce qui nous plonge dans l’histoire et nous donne l’envie de lire chaque fois « un dernier chapitre ». Je vous conseille vivement cette trilogie si ce genre vous séduit !

Et ensuite, mes impressions.

Je vais ici vous détailler un peu plus mon ressenti à propos du roman. Si vous ne l’avez pas lu et que vous prévoyez de le lire ou si vous êtes entrain de le lire et si vous exécrez les spoilers, je vous conseille de vous arrêtez tout de suite ! En effet, je vais revenir sur des événements spécifiques et raconter un peu ce qui se passe tout au long du roman.

Parce que commencer par le début me semble être une assez bonne idée, je parlerai en premier de l’introduction du roman. On rentre directement dans l’histoire et on a quelques pages pour digérer l’aveu du meurtre commis par son beau-père ainsi que la fuite immédiate d’Hannah accompagnée par sa mère. On ne s’attarde donc pas sur cet événement qui pourtant est ce qui impactera chaque décision d’Hannah par la suite. D’un autre côté, elle s’y réfère si souvent qu’on peut penser que c’est la raison pour laquelle c’est expédié si rapidement. On se retrouve très vite avec Becca King, la nouvelle identité du personnage principal, dans un environnement absolument nouveau dont on ne connaît rien.

Pour la suite de l’histoire, on alterne entre les points de vue de plusieurs personnages et principalement entre celui de Becca, avec lequel on commence, et celui de Seth Darrow, qui aidera celle-ci à s’intégrer sur l’île. Il m’apparaît donc logique de revenir sur ce roman à travers chacun de ses personnages.

En arrivant sur l’île, Becca King s’installe dans le motel de Debbie Grieder avec qui elle passe un pacte. Cette dernière lui fournit un logement, l’inscrit au lycée et en échange elle s’occupe de certaines tâches au sein de l’établissement. Une fois que nous sont présentés les personnages qu’on retrouvera tout au long du roman, l’intrigue principale de ce premier tome se met en place. Becca, heureuse de s’intégrer sur l’île et oubliant un peu la raison principale de sa présence ici s’y retrouve rapidement confrontée. Quand elle découvre Derric gravement blessé, elle ne peut s’empêcher d’appeler les secours mais elle ne peut être interrogée par la police. Elle s’imagine que si on vient à lui poser des questions un peu trop poussées, on contactera son beau-père pour l’informer de sa présence sur l’île. Cela va enfermer Becca dans une solitude affreuse et la laisser gérer de grandes angoisses. Elle ne connaît personne, doute de tout un chacun et le seul en qui elle avait confiance est dans le coma. La jeune fille entretient aussi des suspicions au sujet de Seth, ce qui est assez injuste mais tout de même logique. Malgré son don, elle n’arrive pas à démêler le vrai du faux.

Un personnage se révèle d’ailleurs être complètement imperméable au don de Becca. Aucun murmure n’émane de Diana Kinsale. Femme célibataire qui vit avec une petite meute de chiens, c’est la première personne que Becca rencontre. Il s’avère que Diana a la capacité de filtrer ce qu’elle murmure et elle s’adressera quelques fois directement à Becca de cette manière. C’est peut-être ce qui amènera la jeune fille à se confier à elle plus tard. Diana dégage une aura mystérieuse, bienveillante et joue le rôle de roc auquel Becca peut se raccrocher. Quand elle se sent perdue, elle la consulte et ressort de leur entretien avec des conseils très justes. C’est un personnage secondaire et jusqu’à la dernière partie du roman, on ne sait pas vraiment qui elle est. On sait seulement qu’elle était dans les bois au moment de l’accident et qu’elle en sait plus que ce qu’elle n’en dit au sujet des murmures.

Passons maintenant à Seth qui aide Becca à son arrivée mais envers qui Debbie manifeste beaucoup d’hostilité. Cela nous donne une perception partielle du personnage puisqu’on ne sait pas pourquoi elle lui est hostile. On se méfie donc du non-dit, tout autant que Becca. Il sait pertinemment qu’il n’est pas apprécié de Debbie et qu’il est mal vu par d’autres personnages du roman. Pourtant lorsque l’auteure nous donne le point de vue de Seth, on comprend qu’il n’a rien à cacher si ce n’est le sentiment de honte qui l’envahit lorsqu’on le met face à sa situation. Il cherche à fuir la compagnie des gens pour cette raison mais aide tout de même Becca du mieux qu’il peut. La relation spéciale et très saine qu’il entretient avec son grand-père ne le freine absolument pas lorsqu’il s’agit de lui mentir pour protéger son amie dans le besoin. Restent tout de même des zones d’ombres avec des sujets qui ne sont pas abordés, comme la raison pour laquelle Debbie le hait profondément, celle pour laquelle on ne rencontre jamais ses parents mais toujours son grand-père ou encore l’endroit où il était lorsque Derric a eu son accident. Cet dernier mystère sera cependant élucidé à la fin du roman mais c’est très frustrant d’avoir son point de vue par moment sans jamais qu’il nous révèle ce qui s’est passé pour lui dans ces bois. L’histoire de ses sandales est centrale pendant un temps et malgré cela, il n’explique jamais, avant de l’expliquer à Becca, qu’il les a tout simplement envoyé en réparation.

De ces zones d’ombres autour de Seth émergent des doutes de notre part qu’on ne peut pas lever. Que Becca soit sur ses gardes parce qu’elle ne connaît personne et qu’elle est une fugitive, on le comprend tout à fait. Elle se questionne énormément et les autres personnages ont la même attitude à son égard. Mais le lecteur est lui-même dans le flou et à mon goût beaucoup trop. Il faut dire que je ne m’attends pas à ce qu’on me révèle tout les détails dans les deux derniers chapitres du livre mais plutôt à en découvrir tout au long de celui-ci. Je comprends l’envie de garder le mystère pour donner un final explosif mais ce qui m’intéresse principalement sont les interactions entre les personnages et le procédé utilisé pour arriver à ce dénouement, bien plus que le dénouement en lui-même.

Autour de Seth et de Becca, on retrouve aussi Hayley, l’ex-petite-amie de ce premier. Elle est assez discrète mais reste emplie de souffrance. On sent chez elle l’envie de s’en sortir, de ne pas céder à la fatalité en restant forte et en faisant face. Mais elle n’a pas toutes les armes nécessaire et a besoin, même si elle n’en veut pas, d’aide extérieure. Elle repousse sans cesse son ex, par peur qu’il découvre ce dont on ne parle pas chez elle. Il serait extrêmement intéressant, je pense, de développer ce personnage dans les tomes à venir, avec une présence un peu plus forte au sein de l’intrigue. Dans la continuité, on retrouve Jenn qui est constamment mauvaise et qui ne sait répondre que par la haine. Elle déteste viscéralement Becca et on ne découvre pourquoi qu’à la fin. C’est à mon avis une introduction de ce personnage qui mérite lui aussi un approfondissement et une place plus grande par la suite.

A travers Derric Mathieson, l’auteure fait le lien entre le monde des adolescents, persuadés qu’ils ne peuvent faire confiance à personne et que tout tourne autour de leurs erreurs ou de leurs défauts, et celui des adultes. Il nous révèle la présence d’une sœur, Réjouissance, qu’il a abandonné en ne mentionnant pas son existence lorsqu’il a été adopté. Cela permet de soulever la question de l’adoption, tout comme que la manière qu’a son père de le nommer. Le shérif Dave Mathieson parle de lui comme étant son garçon et non son fils, ce qui nous amène à réfléchir très brièvement sur la manière dont ses parents vivent, de leur côté, cette adoption. C’est en partie à travers ce shérif qu’on touche au monde des adultes puisqu’il cherche la personne responsable de l’accident de son fils. Mais on se rend très vite compte qu’il a une liaison avec Tatiana Primavera et que c’est là sa principale préoccupation contrairement à ce que peut penser Becca. Ce monde nous est aussi légèrement transmis à travers Debbie, Diana ou encore le Grand-Père de Seth qui a pour mission de donner une toute autre vision du monde à ce dernier. Il est la sagesse et la bienveillance de ce roman, guidant son petit fils sans jamais rien lui imposer. Tout n’est que question d’équilibre entre liberté d’expression et conseils, deux choses que son petit-fils vient chercher auprès de lui.

Enfin le dénouement est très simple mais révèle tout ou presque sur chacun des personnages. J’ai cependant été assez déçue puisqu’on nous laisse planer bon nombre de mystères tout au long de l’histoire et que la tension retombe assez platement et, à mon avis, sans saveur. On sait ce qu’il s’est passé, on sait ce que certains personnages ont vécu mais on n’en retire presque pas de satisfaction. L’arrivée du beau-père relance cependant la trame principale et ramène le danger qui a pu être apaisé avec le dénouement de l’enquête autour de Derric. C’est une ouverture sur le tome 2 et une manière de signifier au lecteur comme aux personnages que l’histoire n’est pas terminée.

L’auteure spécifie dans sa note de fin de roman qu’elle a repris l’île de Whidbey telle qu’elle est et n’a changé que les noms de certaines personnes. Elle a aussi pris la liberté de rajouter à l’hôpital quelques fonctions pour pouvoir y garder Derric, chose qui n’est factuellement pas possible sur l’île de Whidbey. Cela rajoute un peu de savoir, un regard nouveau sur les décors et les personnages. On sait qu’ils existent un peu quelque part et qu’il nous serait possible vivre une partie de cette expérience.

Pour conclure.

Ce livre met en place toute la trame, tous les personnages que nous allons suivre à travers la trilogie. Les lieux nous sont décrits mais l’accent est mis sur les protagonistes de l’histoire. Elizabeth George le dit elle même, il s’agit là de son premier roman pour jeune adulte, dans lequel elle a voulu être la plus à-l’aise possible. Cela se ressent dans la quantité plutôt réduite de détails notamment et dans la superficialité du traitement de l’histoire. Elle est centrée sur les adolescents et on n’a presque jamais le point de vue d’un adulte. Malgré la frustration que j’ai pu évoquer précédemment, suite au mystère trop épais pour moi, il se dégage de ce roman une certaine légèreté très agréable. Il est frais, facile à lire et permet de s’évader. Bien que le dénouement ne m’ait pas époustouflée, l’intrigue m’a emmenée jusqu’aux dernières pages avec grand plaisir. C’est donc un livre que je recommanderais vivement à une personne étant fan de littérature jeune adulte, définitivement plus qu’à une personne fan des ouvrages précédents d’Elizabeth George.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s